Secteur d’Haigelorch

Le secteur derrière la place d’Haigelorch, entre la rue Pierre Croyal et la rue Charles Hardouin s’étend sur une surface d’environ 1,8 hectares. Très peu denses, ses habitations sont en plein centre bourg, proches de l’école élémentaire et de la maternelle.

haigerlochLe PADD identifie cette zone comme un secteur d’intérêt stratégique pour le renouvellement urbain (« reconstruire la ville sur la ville »). Il n’est cependant pas envisagé d’engager le renouvellement sur la période de ce PLU mais de mettre en place les jalons pour le prochain PLU. La densité des constructions situées dans le centre-bourg devra atteindre au minimum 45 logements par hectare.

Constat

Les maisons rue Pierre Croyal, côté supérette, sont anciennes. Les pièces de vie, à l’étage, sont peu adaptées pour les personnes âgées. Le bâtiment de la supérette occupe un espace important dont une partie est inoccupée. Il est sans étage et ne présente aucun intérêt architectural. Il en est de même pour l’ancien restaurant scolaire.

La municipalité a acheté les 2 maisons se trouvant derrière la supérette, rue Pierre Croyal.

Question

Quel avenir pour ce secteur, pour la place d’Haigerloch, la supérette et l’ancien restaurant scolaire ?

Pistes

Il semble important d’impliquer les habitants et propriétaires tôt dans la réflexion de l’évolution de ce quartier. L’évolution du bâtiment de la supérette doit aussi être envisagée rapidement avec le propriétaire.

La commune doit saisir toutes les opportunités de vente afin de constituer des réserves foncières sur ce secteur. Le soutien de l’établissement public foncier permettra ces acquisitions.

Le renouvellement de ce quartier prendra du temps mais il semble néanmoins envisageable de l’engager dans la période du futur PLU du côté de la place d’Haigerloch. La commune dispose de réserves avec notamment l’ancien restaurant scolaire et les deux maisons derrières la supérette. Leur destruction ainsi que le bâtiment de la supérette permettrait la construction de nouveaux logements et de rendre plus attractive cette place.

Il est important de bien considérer les différentes options pour la localisation d’une nouvelle supérette. En effet, faut-il la maintenir sur la place Haigerloch alors que les principaux commerces sont rue Pierre Marchand ?

Il serait aussi intéressant d’atteindre un objectif de densité plus ambitieux que les 45 logements/ha. À titre d’exemple, la ZAC « des Vignes » à Servon-sur-Vilaine (renouvellement urbain en centre bourg) affiche une densité de 80 logements/ha.

Conclusion

Le renouvellement urbain doit être un axe fort de notre PLU. Bien plus complexe à réaliser que d’urbaniser sur des terres agricoles, il nécessite une connaissance de la commune et une vision sur le long terme de son évolution afin de faire des réserves foncières en adéquation. La concertation avec les habitants pour mener à bien les projets de renouvellement urbain est aussi essentielle.

Laisser un commentaire