Que va devenir l’espace entre le collège, le stade Paul RICARD et le nouveau quartier du Champ Michel ?

La coulée verte de 4,5 ha forme une large bande entre le quartier du Champ Michel et le collège avec dans son prolongement un vaste complexe sportif composé d’une salle, du stade Paul RICARD avec ses terrains de football, et sa piste d’athlétisme.

collegeLe PADD réserve cette zone pour des équipements structurants dont il ne précise pas la nature. Le précédent PLU fléchait également cet espace pour le développement d’équipements. Il mentionne aussi la nécessité de valoriser des espaces publics structurants et espaces de respiration tel que le Chêne Joli et la coulée verte du Champ Michel. Entre développement et respiration, il faudra cependant choisir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Constat

Cette zone est pour sa partie nord près de la 4 voies, sous les vents dominants, près d’un collège avec un grand parking qui n’est plus utilisé après 17h15 en semaine et pas du tout le mercredi après midi et le week-end. Elle recouvre effectivement de forts atouts pour des équipements collectifs. Elle est aussi étendue.

Questions

  • Cet espace de 4,5 ha peut-il être consacré à d’autres types d’implantation (habitat, zone de maraîchage, jardins familiaux, …) ?
  • Hormis un lycée, quel type d’équipement nécessiterait une surface aussi importante ?
  • N’est-il pas utile de concentrer sur cette zone les équipements sportifs qui peuvent être utilisés par le collège ?
  • Comment mieux utiliser des grandes zones de parking ?

Pistes

La construction d’un lycée sur cette zone semble très peu probable vu la proximité des lycées à proximité. En revanche, la commune souhaite construire une grande salle de sport car celle située à l’espace Nominoé est vétuste et ne répond plus aux besoins.

L’implantation d’une grande salle de sports près du collège permettrait une extension et une diversification du complexe sportif déjà existant. À plus long terme il pourrait également être envisagé le déplacement du pôle jeunesse (Tyup et Akoa).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette implantation permettrait de mutualiser les futurs équipements mais aussi les zones de parking comme celui du collège dont l’empreinte spatiale considérable incite à une réflexion majeure pour en optimiser l’usage.

Implanter cette salle dans une zone peu propice à des logements du fait de la proximité de la 4 voies constituerait en outre un moyen d’ériger une barrière phonique pour la partie restante qui s’étire vers le sud. Cette dernière pourrait ainsi en partie être consacrée à des constructions de logements plus agréables et éviter la création de nouveau front d’urbanisation sur des terres agricoles en périphérie de la ville (les terres de la ferme de la Touche du Val, la Moinerie).

Avec les mêmes préoccupations, l’espace Nominoé pourrait faire l’objet d’une opération de renouvellement urbain avec une priorité à l’habitat compte tenu de sa proximité avec le centre-ville. Les salles communales de l’Office Municipal des Sports pourraient elles aussi être transférées afin de changer leurs usages et les destiner à l’ensemble des associations (en replacement des salles annexes à la salle des fêtes qui elles aussi pourraient disparaître à terme).

Conclusion

La révision actuelle du PLU est le moment propice pour réfléchir au défi de mieux utiliser l’espace urbain, de le renouveler, de l’aménager en fonction des contraintes physiques (voire en y remédiant) et d’éviter son étalement inutile.

La principale question est : « comment mutualiser des équipements pour éviter l’étalement urbain et accroître le confort de leurs usages » ?

Le déménagement progressif du pôle sportif et jeunesse situé sur l’espace Nominoë sur le site du Champ Michel nous semble un bon moyen de mutualiser les espaces de parkings et de répondre aux besoins actuels. Le site de l’espace Nominoé ainsi libéré pourrait accueillir à l’avenir de l’habitat.

N’hésitez pas à partager cet article ou bien laisser un commentaire ci-dessous!

2 pensées sur “Que va devenir l’espace entre le collège, le stade Paul RICARD et le nouveau quartier du Champ Michel ?”

  1. habitante d’Acigné, je me sens néanmoins concernée par l’urbanisation galopante des terrains agricoles que ce soit dans ma commune, dans celle d’à-côté ou dans une autre partie du monde.
    Je salue les propositions de développement urbain qui prennent en compte cette nécessité d’économiser cette ressource précieuse de la terre agricole dont on ne mesure pas encore suffisamment la valeur. Il ne s’agit pas de tout bloquer mais de chercher des solutions astucieuses, ingénieuses, imaginatives. C’est ce que je lis ici.
    Merci

  2. Bonjour

    Je partage l’avis précédent. Le choix doit être utile, cohérent et préserver les espaces naturels et agricoles, à chaque fois que cela est possible, ce qui est le cas ici. Par ailleurs, l’aspect paysager est aussi essentiel, ainsi les terres de la ferme de la Touche du Val et de la Moinerie apporte une expression paysagère unique alors que Noyal sur Vilaine, dans sa partie centrale, est entre la voie rapide et la voie ferrée. Par ailleurs, il faut de la cohérence entre le dire, la préoccupation du monde paysan et le faire.
    Par ailleurs, les propositions de bâtiments le long de la voie rapide répondent au développement de la population qui s’implante géographiquement à proximité et devient un mur du son réduisant la nocivité du bruit sur les logements les plus proches.

    Alors comparons les projets et la balance apparaitra assez évidente !

Laisser un commentaire